Tout le monde peut exercer le métier de coach, puisqu’il est possible de s’autoproclamer comme tel sans pour autant pouvoir justifier d’une formation. Cependant, les coachs ont généralement l’obligation d’afficher sur leur CV les formations spécifiques qu’ils ont suivies. C’est un gage de leurs sérieux et surtout de leur savoir-faire dans le domaine.

Un métier très peu structuré

Afin de limiter les dérives, plusieurs associations et fédérations de coachs professionnels incitent la professionnalisation du métier de coaching par le biais de l’élaboration d’un processus de certification comme l’ICF ou la titularisation telle que le SFCoach. Ces mesures ont été instauré depuis une quinzaine d’années et vise à mieux structurer le métier. Ces démarches comprennent un grand nombre d’heures de formation, un travail sur soi-même qui peut dans certains cas mener à la psychothérapie et une expérience professionnelle préalable. En ce qui concerne les formations, il est désormais possible d’opter pour des formations diplomantes dans les grandes écoles comme l’ENA, l’ICN ou encore dans les universités comme Paris VIII ou encore Paris II. Ces établissements proposent des bases théoriques assez solides. Cependant, il est aussi envisageable de s’inscrire dans des écoles spécifiques pour plus de pratiques. Il existe près d’une cinquantaine d’établissements proposant ce cursus en France.

Comment bien choisir son école de formation de coaching ?

Le choix devra dépendre de l’objectif à atteindre. Dans tous les cas, il est judicieux de contacter trois ou quatre établissements pour mieux comparer les offres. En effet, certaines écoles proposent des cycles de dix ou douze jours en continu tandis que d’autres prévoient dix à vingt jours répartis sur une année. Quelques écoles proposent même un cursus permettant d’acquérir tous les outils issus de l’approche systémique, de la PNL, de la gestalt ou de l’analyse transactionnelle. Avec ce cursus, il est possible d’exercer à la fin des formations. Si la formation concerne la recherche du sens managérial, dont différentes formations sont disponibles sur  formation-management.biz/, ou le positionnement de ces professionnels dans la vie, il faudra une école qui répond à des demandes complexes. Il faudra alors prendre le temps de réfléchir. Si les futurs coachs le souhaitent ils peuvent même choisir des établissements proposant de vivre le processus de maturation intérieure à travers des formations discontinues éparpillées sur huit ou douze mois.

La certification, est-ce un élément important ?

Toutes les écoles spécialisées délivrent des certificats à la fin du cursus de formation. Ce document prouvera que la personne a bien suivi une formation dans le domaine du coaching. Toutefois, il importe d’opter pour une école ayant été certifiée par une fédération ou une association de coaching, puisqu’elles ont des exigences largement plus grandes. Un coach ayant besoin d’une reconnaissance internationale doit ainsi avoir suivi des formations favorisant une certification agréée. Celle-ci est délivrée par les grandes associations ou fédérations internationales. Par ailleurs, lorsque le coach commence à exercer, il lui est conseillé d’intégrer un processus de certification et d’entamer une démarche de supervision. Pour ce faire, il devra prouver qu’il a bien accumulé les heures de formations requises. Cette initiative lui permettra de développer ses compétences dans le domaine.